Ô petite enfant blonde,
Tu as de petits yeux foncés, effrayés,
Et les cheveux enchevêtrés,
Car personne n'est là pour les peigner!
Qui a pu te laisser ainsi
Dans des préaux hantés?
Qui a pu t'abandonner!...
Quelqu'un qui n'a pas écouté
Tes sanglots étouffés
Dans la nuit sans sommeil.
Un adulte qui ne croit plus à  l'ogre
Et ignore qu'une enfant
Souffre,  elle aussi,
De solitude.